“Je ne voulais pas être artiste, je voulais être paléontologue…”

Numéro 65 – Mars 2020

Temps de lecture: 2 minutes

… mais mon esprit était bien trop fantasque pour la science. À l’école, au lieu de me concentrer, je dessinais, inspirée par mon goût prononcé pour la musique. Devenir artiste est arrivé comme un accident inévitable, j’étais faite pour ça. Tout a commencé par une intention timide qui s’est rapidement transformée en une véritable passion. Aujourd’hui, dessiner est devenu ma profession et, plus poétiquement, une raison d’exister. En tant que femme, je suis consciente des choix de vie qui découlent de mon métier d’artiste. Hormis de mes idées, je n’ai jamais ressenti le désir d’enfanter. Je ne souhaite rien fonder de prémonitoire, dans un sens comme dans l’autre. Je le déclare haut et fort, car je pense que cela révèle l’engagement que nécessite ce travail pour moi.

Ce dessin est particulier, car il ne sort pas directement de mon imagination, comme c’est le cas pour la plupart de mes créations. Il s’agit d’une copie, à moitié fidèle, d’une image que j’ai trouvée par hasard alors que je travaillais sur cette proposition d’autoportrait. Un hasard ? Je ne sais pas, mais je me suis immédiatement retrouvée dans cette jeune personne assise sur son lit, créant dans l’espace réduit de sa chambre un univers directement sorti de son imagination. C’est de cette manière que tout a commencé quand j’étais enfant. Finalement, rien n’a vraiment changé. Je continue de dessiner et peindre, de jouer de la guitare aussi. Surtout, j’habite toujours dans un espace d’une pièce dans lequel je travaille souvent sur mon lit. À la différence près qu’en extension à ce vaisseau mère, je possède aujourd’hui mon atelier. Les nombreuses chambres que j’ai habitées depuis mon enfance et mon adolescence étaient toutes des ateliers. Inconsciemment, au gré de ces espaces de vie, j’y ai forgé ma conviction que quelque chose allait naître de tout cela."


Caroline Tschumi

est artiste et enseignante en arts visuels (AVI). Elle vit et travaille à Lausanne. Après un diplôme en option Représentation à la HEAD Genève en 2009, elle obtient un master ainsi qu’un certificat en enseignement professionnel des arts visuels à la HEP Vaud de Lausanne en 2012, puis un master en pratiques artistiques contemporaines Workmaster en 2018 à la HEAD Genève. Sa pratique est principalement fondée sur une activité régulière de dessin et de peinture. Elle participera à une exposition collective au MCBA (Lausanne) en juin 2020, et a exposé notamment au Mamco (Genève), à la Kunsthalle Palazzo (Liestal), chez Circuit (Lausanne), à Smallville Space (Neuchâtel) ou encore au Manoir de la ville de Martigny.

Caroline Tschumi

Caroline Tschumi

Artiste-peintre


Numéro 65 | Femmes artistes: de l’ombre à la lumière

Dans le même numéro