Stéphane Riethauser & ses dames

Numéro 65 – Mars 2020

Pendant que son film documentaire Madame fait le tour du monde, Stéphane Riethauser sera président du jury du concours CourtsCarouge dans le cadre du Printemps carougeois, consacré aux femmes. L’occasion de demander au réalisateur de 47 ans qui sont celles qui comptent pour lui.

Temps de lecture: 3 minutes

Avec huit prix et plus de 30 festivals de New York à Taïwan, en passant par Buenos Aires et Locarno, Madame rafle tout sur son passage. Sélectionné pour le prix du Cinéma suisse dans la catégorie Meilleur Documentaire, le film de Stéphane Riethauser brosse les portraits croisés de sa grand-mère et de lui-même sur le chemin de la découverte de son homosexualité. «Jusqu’à mon coming out, je n’avais pas d’héroïnes. J’estimais que tout ce qui touchait au féminin était un peu risible. Ce moment de vérité m’a ouvert les yeux sur un nouveau prisme à travers lequel j’ai compris que homophobie est une conséquence du sexisme.»

Extrait du Film Madame ©DR

Madonna

«Je la méprisais quand j’étais ado. Plus tard, à New York dans les années 1990, j’ai découvert tout ce qu’elle a fait pour les femmes et les homosexuels. Elle a bousculé les codes. Je la respecte énormément, c’est une femme courageuse et très intelligente, qui ne s’en n’est pas laissé conter.»

Marguerite Yourcenar

«Elle est la première femme à avoir été élue membre de l’Académie française, en 1980. Les Mémoires d’Hadrien (1951), L’œuvre au noir (1968) ou Alexis (1929), sa littérature a été une illumination pour moi quand je l’ai découverte, vers 22 ans. Sa force et son engagement m’ont beaucoup inspiré. »

Simone de Beauvoir

«Sartre et Beauvoir, c’était un peu mal vu et trop gauchiste dans ma famille de droite de la rive gauche genevoise. Je n’ai découvert que plus tard l’œuvre littéraire et politique de cette femme exceptionnelle. »

Virginie Despentes

«Elle avait 24 ans lorsqu’elle a sorti son premier roman, Baise-moi, en 1993. J’en avais 21 et je me souviens qu’elle avait défrayé la chronique. C’était peu avant mon coming out, j’étais encore dans mon vieux schéma de pensée et je la considérais comme une chienne de garde, une emmerdeuse, en somme. Je n’avais pas lu le livre. Bien plus tard, en préparant Madame, j’ai découvert King Kong Théorie. Ce livre a eu l’effet d’une détonation sur moi. Depuis, j’ai tout lu. Son regard, d’une justesse, d’une pertinence et d’un humour acide, m’inspire énormément.»

Virginia Woolf

«C’est pour moi une des plus grandes écrivaines de l’histoire. Ce qu’elle représentait à l’époque, son engagement et sa fin tragique... Quelle femme extraordinaire ! J’ai lu la plupart de ses livres en anglais.»

Céline Sciamma

«J’ai vu son film Portrait de la jeune fille en feu, absolument sublime et hyper important pour les femmes. C’est un chef-d’œuvre. Sa muse, Adèle Haenel, est une grande comédienne avec qui j’aimerais beaucoup travailler un jour.»

Barbra Streisand

«C’est mon père, grand mélomane et très sensible, qui me l’a fait découvrir. La musique et la voix de Barbra Streisand m’ont toujours touché, en particulier dans le film Yentl: l’histoire d’une fille contrainte de se déguiser en garçon pour pouvoir étudier. Je vois tant de parallèles avec l’homo dans le placard qui doit lui aussi porter un masque. Elle est également un modèle d’activisme politique. »

Tilda Swinton

«Quelle inspiration! Elle s’engage pour les droits humains et ne craint pas de se faire photographier devant le Kremlin avec un drapeau arc-en-ciel, elle a des projets artis- tiques toujours très pointus. C’est quelqu’un qui véhicule mes valeurs.»


www.printemps-carougeois.ch
Délai de participation au concours: le 20 avril 2020 à minuit. www.madamefilm.com

Alexandre Lanz

Rédacteur en chef


Numéro 65 | Femmes artistes: de l’ombre à la lumière